En breton, Kouign signifie pain doux (ou pain sucré) et amann, prononcé /ãmãn/ avec nasalisation et non /amane/, signifie beurre. Le Kouign-Amann est donc littéralement un pain sucré au beurre.

Il s’agit en effet d’une pâtisserie-boulangère bretonne que l’on obtient en faisant une pâte à pain (un peu comme la pâte à pizza) que l’on recouvre de beurre et de sucre avant de la repliée sur elle-même pour faire un « feuilletage ». Lors de la cuisson, le beurre et le sucre vont fondre et caraméliser sur le dessus.

Le résultat est délectable, servi tiède, le Kouign-Amann est croustillant sur le dessus et fondant à l’intérieur, irrésistible quoiqu’un poil calorique.

kouignamann

Cette pâtisserie a été inventée par hasard, en 1860 par Yves-René Scordia, à Douarnenez, dans le Finistère en Bretagne. Alors que la farine se faisait rare à cette époque mais que le beurre était abondant, ce pâtissier breton aurait donc fait une pâte avec 400g de farine pour 300g de beurre et 300g de sucre, cette pâte paraîssait alors ratée, il l’a replier sur elle-même plusieurs fois et l’a faite cuire, pour éviter de jeter la pâte.

Le résultat était compact mais succulent !

Depuis lors, le Kouign-Amann est devenue une spécialité du Finistère, département breton.

 

 

Le Kouign-Amann voit sa renommée mondiale s’agrandir dans les années 1990, d’abord au Japon, où il est fortement apprécié puis dans les années 2000 aux Etats-Unis.

Le Kouign-Amann voit sa renommée La Pâtisserie la plus grasse d’Europe, c’est ainsi que l’a surnommée Le New York Times dans un article de 2011. Le 20 Juin 2015, une pâtisserie de San Francisco (U.S.A) lance la Journée Nationale du Kouign-Amann.

Récemment dans le magazine Food & Wine, le Kouign’ est classé dans les 40 meilleures recettes. Que de louanges !

Chaque année en Mars, à la Chambre des métiers et de l’artisanat de Ploufragan (en Côtes d’Armor, Bretagne) se déroule le fameux Concours du Meilleur Kouign-Amann de Bretagne avec un règlement strict.

La recette du Kouign-Amann n’est pas un secret, cependant, il s’agit d’une réalisation délicate, assez complexe. Comme le dit le dicton :

« Le fait qui le veut, le réussit qui le peut ! »

 

Publicités