Expression de la semaine : « se tenir à carreau »

« Se tenir à carreau » est une expression que de nombreux français ont très certainement dû entendre lorsqu’ils étaient enfants et qu’ils étaient « trop dynamiques », « trop excités » ou « pas assez sages » au goût de leurs parents ou autres éducateurs.

« Maintenant, tu te tiens à carreau, c’est compris ? »

se tenir a carreau

Que je me tienne à carreau ? Mais qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Parle-t-on du carreau de la fenêtre, celui du jeu de carte, ou encore du motif de la chemise de Papa ?

 

Que veut dire cette expression ?

keep calm

Si vous entendez cette expression aujourd’hui dans une phrase de la forme « Tiens-toi à carreau », c’est qu’il vous faut rester sage, patient, sans broncher, en essayant de passer inaperçu. Parfois cette expression peut aussi vouloir dire d’être sur ses gardes, de se tenir prêt.

Plus rare mais aussi utilisée, tenir à carreau quelqu’un signifie d’exercer sur quelqu’un une surveillance manifeste pour qu’il se tienne tranquille et assurer sa docilité : « De surcroît, Benjamin Constant était tenu à carreau par le ministère de l’Intérieur. — (Duc De Castries, Madame Récamier, chapitre III, 1985)

 

D’où vient cette expression ?

Il est difficile de définir laquelle de ces origines est la plus probable parmi les quatre que je vous propose ici bas. Les théoriciens ont donc choisi d’envisager ces différents cas comme tout à fait corrects.

Une première explication viendrait de l’argot, langage, au sein de groupes sociaux, utilisant un vocabulaire spécifique. « Carreau » désignerait le domicile, et la « carre » ou la « carrée » désignerait la chambre. « Se tenir à carre » en argot signifie rester cacher dans sa chambre, ne pas se manifester. On peut donc supposer que cette expression « se tenir à carre » ait servi de base à l’expression d’aujourd’hui « se tenir à carreau ».

La deuxième explication vient également de l’argot mais avec une origine un peu différente qui définit, au XIXème siècle, le verbe « se carrer » comme se mettre à l’abri, en lieu sûr, qui rejoint donc la signification actuelle de l’expression.

Avez-vous déjà tiré à l’arbalète ? Une arbalète est une arme moyenâgeuse constituée d’un arc et lançant des projectiles appelés carreaux. Certains lexicographes (professionnels qui participent à la confection des dictionnaires) ont donc fait le lien entre le « carreau » de l’arbalète et celui de la sus-dite expression. Au Moyen-Age déjà, cette expression était utilisée pour avertir de se mettre à l’abri des carreaux d’arbalètes lors des batailles, elle était également énoncée pour demander aux gardes ou aux armées de se tenir prêt à tirer « leurs carreaux » à l’arbalète.

carreau
Carreaux d’arbalète

Enfin, la dernière explication viendrait du règlement de la salle du Tribunal Révolutionnaire, où, pendant la Révolution, le public, interdit de s’exprimer, se tenait dans une salle dallée … de carreaux ! « Se tenir à carreau » avait donc pour sens de ne pas se manifester, de reste prudent et de se préserver. Cette expression a ainsi donné un dicton pour un jeu de cartes populaire à cette époque : « Qui se tient à carreau n’est jamais capot ! » qui signifie que celui qui reste prudent et ne se manifeste pas ne perdra pas aux cartes !

carreaux tribunal
Tribunal Révolutionnaire, Salle dallée de carreaux

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s